Pourquoi mon enfant ne m’obéit plus ?

. 3 minute lire

Il était votre petit ange et il est devenu un vrai démon. Le nouveau « jeu » de votre enfant ? Faire tout ce qui est interdit ! Dans son livre Il me cherche (éd. JC Lattès), Isabelle Filliozat, psychothérapeute, nous donne des pistes pour faire accepter les règles à notre enfant.

Pour de nombreux enfants, un interdit est une incitation à la transgression. Et particulièrement lorsqu’ils passent la barre des 8 ans. « Les interdits sont souvent exprimés comme des ordres, décrit Isabelle Filliozat, psychothérapeute, au sein de son livre Il me cherche (éd. JC Lattès). Or, l’imagerie cérébrale fonctionnelle montre que ces derniers ne mobilisent pas le cerveau frontal. L’enfant n’intègre pas la pertinence du comportement demandé ni ne développe de conscience quant à la conséquence de ses actes ». Résultat : il accumule les bêtises, tout en ignorant royalement vos remontrances. Punition, fessée, menace ? Comment avoir la bonne attitude ? Et surtout, pourquoi votre petit ange s’est soudainement transformé en terreur, prêt à tout pour vous rendre la vie impossible ? Isabelle Filliozat nous donne des réponses.

Pourquoi fait-il tout ce qui est interdit ?

A partir de 8 ans, l’enfant éprouve le besoin de se sentir libre et de faire ses propres choix. D’où cette volonté de faire tout l’inverse de ce qu’attendent ses parents. « Leur cerveau frontal confère aux humains leur libre arbitre et un impérieux besoin de se vivre au volant de sa propre vie, précise la psychothérapeute. Se rebeller contre l’autorité, expérimenter par soi-même, se sentir libre ne sont pas des attributs de mauvais garçon, mais de tous les humains ». Malgré tout, la vie en communauté nécessite des règles, qui ne se résument pas à des limites et interdits, mais qui forment un cadre. « Comme les règles d’un jeu. En cas de conflit, on se parle, préconise Isabelle Filliozat. Et il est clair qu’une règle concerne toute la famille. Pas question pour le parent de faire ce qu’il défend. Sinon, ce dernier risque d’associer l’interdit avec un sentiment d’impuissance tant qu’il est en situation d’infériorité ».

Il fait comme s’il n’entendait pas !

« Mets ton pyjama !, Va te laver les dents !, Mange !, Habille-toi ! »…Vous ne comptez plus les injonctions qui sortent de votre bouche chaque jour. Pourtant, votre enfant décide de n’en faire qu’à sa tête, ce qui vous oblige à répéter les choses des dizaines de fois. Vous voilà épuisé. « En réalité, les enfants entendent alors entre les lignes qu’ils ne sont pas capables de savoir par eux-mêmes, renchérit Isabelle Filliozat. C’est dévalorisant, déresponsabilisant et démotivant ». Si en cas d’urgence, les ordres sont importants, ils s’avèrent contre productifs hors contexte. « Souvenons-nous qu’entre 7 et 10 ans, les enfants aiment les règles et faire bien ! Les parents ont parfois tendance à faire des longs discours pour qu’ils ‘comprennent’, mais tout ce verbe noie les enfants qui cessent de prêter attention, analyse la thérapeute. Pour gagner en efficacité, soyez bref ! Le plus souvent possible, contentez-vous d’un seul mot, prononcé sur un ton neutre, juste pour attirer son attention vers l’objet et lui permettre de mobiliser son cerveau frontal ».

Dois-je sévir ? Ou punir ?

« Nous imaginons que nos enfants fonctionnent comme nous, mais ils n’ont pas encore le même cerveau, ajoute Isabelle Filliozat. Ce n’est qu’à partir de 12-13 ans que le cerveau de l’enfant lui permet d’apprendre d’une erreur ! Si les punitions éduquaient, il y a belle lurette que l’espèce humaine ne commettrait plus de crime. Les punitions sont d’une grande efficacité…sur le punisseur qui a ainsi le sentiment de reprendre le contrôle de la situation ». Outre leur inefficacité, les punitions peuvent même produire l’inverse de l’effet attendu par le parent. « Les garçons, notamment, sont fiers des punitions qu’ils reçoivent. Elles leur apportent de la popularité. Ils acquièrent un statut de dur, non seulement auprès des autres garçons, mais renforcent leur succès auprès des filles ».

Comment réagir sans punir ?

Si votre enfant vous pousse à bout, souvenez-vous que la punition est inefficace. Elle n’améliorera pas son comportement à long terme. « Le parent exerce une autorité naturelle. Si cette autorité est reconnue, nul besoin de se montrer autoritaire, explique la thérapeute. Même s’il semble ne pas vous écouter, il observe et construit son attitude morale. Même si c’est à long terme que vous verrez le résultat. Privilégiez l’attachement en toutes circonstances, tout en clarifiant vos valeurs et en montrant l’exemple ».

A lire pour aller plus loin

Il me cherche !, Isabelle Filliozat, éd. JC Lattès

Article réalisé par Emmanuelle Jung, journaliste chez HelloConsult (helloconsult.com)

Vous ne parvenez plus à vous faire obéir ?

HelloConsult, première plateforme de téléconsultation en France, vous permet de trouver rapidement un psychologue capable de vous donner des conseils et des réponses. La consultation se fait en ligne, quand vous le voulez, de façon simple et sécurisée.

Trouvez un(e) psy Consultez un autre professionnel