Le diabète en France en 3 chiffres

. 2 minute lire

A l’occasion de la journée mondiale du diabète, Santé Publique France dresse un état des lieux de la maladie au sein du territoire. Quelques chiffres traduisant l’ampleur de ce mal invisible qui touche des millions de Français.

Le diabète est une affection métabolique, caractérisée par une hyperglycémie chronique. Concrètement, le taux de sucre dans le sang des personnes diabétiques est trop élevé. On distingue deux principales formes de diabète : le type 1, qui survient chez l’enfant ou l’adolescent, et le type 2, qui se manifeste chez l’adulte et qui peut évoluer sans symptôme durant plusieurs années. Pour expliquer le diabète, Santé Publique France parle de déficience de la sécrétion ou de l’action de l’insuline. Si elle n’est pas régulée, la maladie peut altérer gravement la qualité de vie des personnes atteintes. Infarctus du myocarde, AVC, atteinte du système nerveux, des reins et de la rétine peuvent survenir avec le diabète et conduire à l’amputation d’un membre inférieur, à la dialyse ou encore à la cécité. D’où l’importance de la prise en charge de cette maladie avant qu’elle n’évolue. Tours d’horizon du diabète en France, en quelques chiffres.

5 % de la population souffre de diabète

En France, plus de 3,3 millions de personnes sont traitées pharmacologiquement contre le diabète, soit 5 % de la population. Et parmi elles, de nombreux patients doivent faire face à des complications liées à cette maladie : infarctus (plus de 8100 hospitalisations), accidents vasculaire cérébral (plus de 19 800), plaie (plus de 26 700), trouble rénal pouvant conduire à la dialyse ou à une greffe rénale (plus de 4400). « L’augmentation de l’obésité et le manque d’activité physique sont des éléments favorisant le développement du diabète, précise Santé Publique France dans un communiqué. En l’absence de prévention et de prise en charge adéquate, le diabète pourrait avoir des conséquences encore plus importante d’ici quelques années en terme de santé publique et d’économie de la santé ». Il est donc à ne pas négliger.

92 % des cas concernés par le diabète de type 2

Le diabète de type 2 est la forme la plus fréquente, puisqu’elle concerne 92 % des diabétiques en France. S’il peut survenir à l’adolescente, il se manifeste en majorité chez l’adulte. Il peut évoluer sans symptôme pendant plusieurs années avant d’être décelé. Son dépistage passe par une prise de sang, réalisée à jeun, afin de mesurer le niveau de glycémie. Supérieure à 1,26 g/l, elle est considérée comme « anormale ». Pour traiter le diabète de type 2, on adopte un régime diététique établi par un nutritionniste combiné à la prise de médicaments antidiabétique oral ou injections d’insuline. Un dépistage ciblé est recommandé tous les 3 ans chez les personnes de plus de 45 ans, présentant au minimum un facteur de risque de déclencher un diabète de type 2 (surpoids, hypertension artérielle, cholestérol, diabète de grossesse, ou parent proche atteint de diabète).

Pour 6 % des cas, les injections d’insulines sont vitales

Le diabète de type 1 représente environ 6 % des cas de diabète. Il se manifeste en particulier chez l’enfant ou l’adolescent et est causé par la destruction des cellules bêta du pancréas, explique Santé Publique France. D’où la difficulté des jeunes patients à sécréter de l’insuline. « C’est pourquoi, il y a un début souvent aigu chez l’enfant et l’adolescent, en particulier chez les plus jeunes », alerte le communiqué. Les injections d’insuline sont vitales chez ces personnes.

Trouver un(e) diététicien(ne)