Le couple libre peut-il fonctionner ?

. 3 minute lire

Ils se disent « polyamoureux », « en couple libre » ou encore « libertins »… Aujourd’hui, de plus en plus de personnes remettent en cause l’idée d’une exclusivité sexuelle. Ils sont en couple, mais fréquentent d’autres personnes, ou sont en couple avec plusieurs personnes en même temps… Question : le couple libre, peut-il fonctionner ?

Chaque couple aura sa propre dynamique et aucun argument scientifique ne dit que le couple stable et fidèle rend plus heureux… donc rien n’empêche le couple libre de proliférer. A chacun ses propres règles, voilà le dictât. Libertinage, polyamour, lutinage ou amour libre, ils ont tous le même principe : la liberté d’aimer comme ils veulent. En effet, avec les changements sociétaux de ce siècle (hausse des divorces, des relations à distance, des moyens de rencontre, multiplication des partenaires sexuels avant une relation longue…) c’est toute l’idée du couple « normal » qui est remise en question.  Il n’y aurait, a priori, pas de « problème » à aller voir ailleurs quand bon nous semble… tant que l’autre est au courant.

Les principes du couple libre ? Pas de mensonge !

La première règle du couple libre ? La communication. Ceux pour qui la monogamie ne convient pas vont créer leur propre « base » de couple, avec leurs propres règles… tant qu’elles conviennent aux deux. Certains accepteront tout, quand d’autres devront avoir l’autorisation avant d’aller plus loin avec un autre. Certains partageront toutes leurs aventures sexuelles quand d’autres n’en parleront jamais. D’autres couples encore imposeront des règles comme « jamais deux fois avec la même personne » ou encore « jamais avec la langue »… Le but : se sentir en confiance. Les deux partenaires savent que l’autre ne leur cache rien, il n’y a donc plus de mensonges (en théorie) qui pèse sur le couple – contrairement au cas d’un adultère.

Libre pour mieux s’aimer

Si cela vous parait aberrant, il suffit de voir les choses sous un autre angle : si aimer est un sentiment qui est censé faire grandir l’autre, posséder consiste à garder l’autre pour soi. L’amour dit « exclusif » tourne alors en rond, non ? Oui, c’est un raisonnement étonnant, mais non dénué de sens. Dans un couple libre, on ne s’étouffe pas : l’autre a la liberté de s’épanouir ailleurs. En effet, après les premiers mois du couple où tout parait merveilleux, on peut vite redescendre de son nuage et vouloir rencontrer d’autres personnes. Justement, les libertins soutiennent qu’avoir des relations sexuelles avec d’autres permet de relancer la libido quand la routine s’installe dans le couple. C’est cette idée de faire perdurer l’épanouissement, à l’intérieur et à l’extérieur du couple, qui est primordial. Et puis, cela peut être valorisant de savoir qu’après avoir passé une nuit avec un autre, notre partenaire revient vivre avec nous – parce-que c’est nous qu’il aime.

Et en pratique, ça marche ?

Oui, dit comme ça, ça parait beau… mais dans la réalité ? Comme dans tous les couples, le problème majeur est la jalousie. Et oui, on peut d’un coup se demander ce que son partenaire est en train de faire, s’il s’amuse plus avec un autre, si celui-ci est meilleur… C’est pourquoi, certains couples font le choix de tout se dire. Mais certains vont se rendre compte que, dans la réalité, ils ne supportent pas cette jalousie. De plus, si votre partenaire enchaîne les coups d’un soir et vous non, cela peut amplifier le malaise et créer un déséquilibre. Au final, cette liberté de chacun peut toujours raisonner comme un risque : celui de voir à tout moment son compagnon partir pour quelqu’un d’autre qui serait finalement « mieux ». Enfin, les règles arbitraires comme « jamais deux fois avec la même personne » peuvent tout de même pousser les partenaires à se mentir. Ce qui s’apparente à un adultère.

Accepter de ne pas être au centre de sa vie

A côté de la jalousie survient aussi la peur d’être mis à l’écart dans certains cas. Si votre partenaire est polyamoureux (c’est-à-dire qu’il va avoir des relations longues avec d’autres, mais qu’il vivra quand même avec vous), vous pouvez avoir l’impression de ne plus être au centre de ses préoccupations. Pourtant, vous connaissiez les règles ! D’où la différence entre la théorie et la pratique. Toujours dans le registre polyamoureux, il y a aussi la peur de se retrouver au second plan (c’est-à-dire de ne plus être le partenaire principal). Au final, tout est une question de confiance que l’on accorde à son partenaire, comme dans n’importe quel couple. Le principal est de trouver un type de relations qui vous convient vraiment.

Plus d’infos sur polyamour.info