Fièvre, grosse fatigue… et si c’était la mononucléose ?

. 2 minute lire

La mononucléose infectieuse, appelée aussi la maladie du baiser, se transmet essentiellement par contacts directs entre les personnes et par la salive. Le symptôme le plus connu ? La grande fatigue qui nous gagne. Mais comment être sûr qu’il s’agit bien de la mononucléose ? Quelques précisions.

« Maladie virale, la mononucléose infectieuse se transmet par la salive », précise la CNAM (Caisse Nationale d’Assurance Maladie). Elle est provoquée par le virus d’Epstein-Barr (dit EBV), et survient lors du premier contact avec ce virus. La plupart du temps, le premier contact passe inaperçu. La personne ne présentera pas de symptôme et son organisme développera des anticorps pour se protéger. Cette dernière sera donc immunisée contre la mononucléose sans avoir déclaré la maladie. Surnommée la « maladie du baiser », la contamination survient le plus souvent, pendant l’adolescence, lors de contacts intimes avec d’autres personnes. L’un des symptômes le plus courant ? La fatigue. Attention néanmoins, d’autres signes doivent alerter, en fonction de l’âge.

Des symptômes plus importants chez l’adolescent

La mononucléose infectieuse se manifeste par une altération importante de l’état général : fièvre, grande fatigue et ganglions enflés. Chez l’enfant, la maladie passe souvent inaperçue, les symptômes étant peu nombreux. Le jeune patient peut présenter un épisode fébrile, complété d’une angine, sans grande fatigue. En revanche, chez l’adolescent, cela se complique ! Pendant 7 à 14 jours, une fièvre, souvent supérieure à 39° pourra survenir, suivie d’une importante fatigue allant jusqu’à faire perdre l’appétit au patient. En parallèle, une angine douloureuse avec des difficultés à avaler peut se manifester. La gorge devient rouge et peut être recouverte de membranes. On observera aussi une présence de ganglions gonflés et douloureux au niveau du cou, des douleurs musculaires, des maux de tête, et plus rarement une éruption cutanée (plaques rouges au niveau des cuisses et des bras).

Comment soigner la mononucléose ?

Si les symptômes énoncés ci-dessous vous sont familiers, ne tardez pas à consulter un médecin généraliste. Une fois qu’il vous aura diagnostiqué la mononucléose, il vous adressera un arrêt de travail, dont la durée sera adaptée à l’intensité de vos symptômes. En générale, la convalescence dure un mois. Et pendant cette période, toute activité physique est déconseillée. Des antalgiques et antipyrétiques (paracétamol, ibuprofène, kétoprofène) peuvent vous être administrés afin de limiter la fièvre. Il n’existe pas de traitement spécifique pour soigner la mononucléose, et étant d’origine virale, les antibiotiques seront inutiles. Les complications sont très rares. En principe, cette maladie évolue vers la guérison. Les patients mettent environ 3 à 5 semaines à se remettre totalement.

Vous pensez être victime de mononucléose ?

HelloConsult, première plateforme de téléconsultation en France, vous permet de trouver rapidement un médecin généraliste capable de vous suivre. La consultation se fait en ligne, quand vous le voulez, de façon simple et sécurisée.

Trouvez un médecin généraliste Consultez un autre professionnel