Comment réguler le sel dans notre alimentation ?

. 2 minute lire

Le sel nous suit à la trace ! Pain, fromages, cornichons, et même dans la soupe… Or, manger trop salé peut causer de l’hypertension ou encore des maladies cardiovasculaires. Alors comment réduire notre consommation ?

Vous n’avez peut-être pas l’impression de manger trop salé, et pourtant… Même si vous avez la main légère sur la salière, vous pourriez être surpris de la quantité de sodium qu’on ingère chaque jour : entre 9 et 12 grammes moyenne, soit deux fois l’apport maximum recommandé. Il s’avère que les industriels ajoutent beaucoup de sel aux aliments afin d’en rehausser le goût, ou d’assurer la conservation des produits. D’autres en usent pour ouvrir l’appétit et la soif (avec les biscuits apéritifs et autres cacahuètes). Et oui, nous n’avons alors pas conscience d'ingérer autant de sel en mangeant une biscotte. Quelle parade ? Lire les étiquettes !

Si vous avez décidé de réduire le sel, vous avez dû vous rendre compte que calculer votre consommation se révèle compliqué. La raison est simple : environ 85 % des apports de sel proviennent des aliments, et non de la salière. Le sodium est naturellement présent en petite quantité dans la viande, le poisson, les œufs et entre autres, dans la composition de mets. Le sel le plus nocif est celui qui se réfugie dans des produits comme le pain, les gâteaux, les fromages ou les plats préparés.

Jetez un œil aux étiquettes

On part donc à la chasse au sodium (Na), mais aussi au chlorure de sodium (NaCl) ou sel de table, car dans 2,5 g de chlorure de sodium, il y a 1 g de sodium. On se méfie donc, le sel se dissimule partout ! Sur les étiquettes, la teneur en sodium est généralement indiquée pour 100 g de produit. C’est là qu’on sort la calculatrice, pour s’assurer de ne pas dépasser les 6 grammes quotidiens recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Au-delà, le sel augmente les risques de maladies cardio-vasculaires.

Pour régulez le sel ? Cuisinez vous-même

Pour vous aider dans votre chasse au sodium, voici les aliments qui devraient vous inspirer méfiance : charcuterie, jambon, saucisse fumée, plat tout préparé, pain, grignotines salées (ou gâteaux apéros), viennoiseries, gâteau, biscuit, pizza, quiche, fromage, poisson pané, sauces (chili, soja, teriyaki) ou encore soupes et bouillons industriels (cube, poudre ou concentré liquide), sans parler des sodas et de certains jus de fruits. Si vous êtes un adepte de fromages, pas de panique ! Rabattez-vous sur le comté, l'emmental et le chèvre frais, connus pour être pauvres en sodium. Par-dessus tout, la meilleure façon de diminuer le sel est de limiter la consommation de produits industriels… Remettez-vous aux fourneaux ! Cuisiner à partir de produits de frais permet de gérer soi-même les quantités de sel ajoutées.

A lire aussi : 10 aliments à bannir pour retrouver la ligne