Arrêter la cigarette… sans prendre un gramme !

. 2 minute lire

Vous avez décidé d’arrêter de fumer, et c’est tout à votre honneur ! Mais vous craignez aussi de prendre quelques kilos au passage… L’idée qu’arrêter la cigarette fait grossir est très répandue, et ce n’est pas faux. Quelques conseils pour anticiper. Et si vous en profitiez pour renouer avec une alimentation saine ?

Après avoir abandonné la cigarette, de nombreux fumeurs constatent une prise de poids. Mais contrairement aux idées reçues, ce n’est pas systématique. D’après certaines études, un tiers des fumeurs ne constatent pas de différence une fois sur la balance. Et en général, les autres reprennent le poids qu’ils auraient eu s’ils n’avaient jamais fumé, c’est-à-dire leur poids normal. En effet, fumer un paquet par jour permet de brûler entre 200 et 250 calories.

Des habitudes alimentaires saines dès le début du sevrage

Selon Raphaël Gruman, nutritionniste, ce ne sont pas ses quelques calories qui ont le plus d’effet sur la prise de poids : en arrêtant de fumer, on se sépare aussi de la dose de nicotine qui diminuait l’appétit sans que l’on s’en rende compte. Le nutritionniste conseille donc à ses patients craignant de prendre du poids d’agir dès l’arrêt du tabac : « Il faut compenser les manques qu’on peut ressentir dès les premières tentatives d’arrêt et s’assurer de consommer les bonnes quantités d’aliments, pour éviter d’avoir des fringales en milieu de journée », explique-t-il.

Il faut donc toujours prévoir de manger des quantités suffisantes, mais surtout, avoir un repas le plus complet possible, avec : « Des féculents comme des céréales complète, ainsi qu’une quantité suffisante de fibres, pour vraiment bien densifier les repas pour avoir une satiété un peu plus prolongée entre les repas », détaille le nutritionniste. « Mais il faut aussi prévoir des petites collations en milieu d’après-midi, comme des barres de céréales, qui vont aider à se sentir calé entre les repas si besoin », ajoute-t-il.

Halte au grignotage

« Quand on est en sevrage, que ce soit pour le tabac ou l’alcool, la production de sérotonine, l’hormone du bien-être, est en chute », explique Raphaël Gruman. « Du coup, on va avoir un moral plus en berne, se sentir plus stressé et c’est à ce moment qu’on aura envie de manger du sucré, car le sucre booste la production de sérotonine. » Pour éviter cela, le nutritionniste nous dévoile une technique : « Je conseille à mes patients la frigothérapie. Certaines plantes marchent bien pour éviter ces compulsions sucrées comme la rhodiola ». Cette plante va mimer l’action de la sérotonine, il conseille donc ce type de complément à prendre en dehors des repas, matin et après-midi, « ainsi, vous diminuerez les compulsions sucrées ».

Remise au sport

Qu’en est-il des 250 calories qu’on retrouve en arrêtant de fumer ? Pour Raphaël Gruman, elles n’ont pas grande importance : « Ce n’est pas ça qui fait la différence. C’est facile de perdre 200 calories en mangeant plus équilibré ou en faisant du sport. Marcher 20 minutes suffi pour les brûler ! » On se remet donc au sport, ce qui permettra aux anciens fumeurs de retrouver la forme plus facilement.

A lire aussi : #MoisSansTabac : comment s’y préparer?