Alcoolisme : comment aider un proche ?

. 2 minute lire

Réaliser qu’un proche souffre d’alcoolisme est un constat douloureux. Savoir comment lui venir en aide, un véritable casse-tête. Voici quelques pistes pour soutenir et accompagner un malade alcoolique.

La France enregistre une diminution régulière de la consommation d’alcool depuis une quarantaine d’années. Ceci dit, environ 10 % des plus de 18 ans ont encore une consommation abusive aujourd’hui. Un chiffre préoccupant puisque l’alcool reste la deuxième cause de mortalité prématurée dans l’Hexagone. L’enjeu majeur : repérer les consommateurs excessifs pour les accompagner dans leur prise en charge.

Aidez-le à prendre conscience de son alcoolisme

Déni et résistance sont l’apanage de l’alcoolique. Lui dire d’aller se faire soigner le confronte à son impuissance à le faire et à son manque d’estime de lui-même. Tentez, dans la mesure du possible, d’inverser les rôles. Faites-lui part des difficultés que vous rencontrez face à cette situation. Qu’avez-vous ressenti hier lorsqu’il était encore sous l’emprise de l’alcool ? Vous étiez déçus ? En colère ? Dites-lui. La douleur de l’entourage peut provoquer un déclic.

Maintenez le dialogue

C’est le meilleur moyen de rompre l’isolement social dans lequel se terre facilement une personne alcoolique. Rapport de force, autorité et reproches sont à bannir. Ils favorisent la culpabilité et l’enfermement et par voie de conséquence, le contexte d’alcoolisation. Instaurez un climat de confiance mutuelle avec votre proche qui ne doit pas se sentir jugé mais bel et bien soutenu.

Sachez rester à votre place

Acceptez que certaines choses ne soient pas de votre ressort. Vous pouvez par exemple lui faire part des pistes de soins sur lesquelles vous vous êtes renseignés, mais ne prenez pas rendez-vous pour lui auprès d’un spécialiste. Aider un malade alcoolique implique d’être parfaitement conscient qu’il est le seul à pouvoir agir et se prendre en main.

Respectez son rythme

S’impatienter, accélérer les démarches entreprises sont des comportements naturels. Le risque ? S’il se sent dévalorisé ou brusqué, votre proche pourra facilement se braquer. La confiance et le dialogue que vous avez instaurés reposent sur un équilibre fragile qu’il convient de préserver autant que possible. La prise en charge de l’alcoolisme prend du temps, soyez patient.

Faites-vous aider

Si le nombre de buveurs excessifs est d’environ 5 millions en France, on peut évaluer sans trop se tromper à 10 millions celui des personnes dont la vie est impactée par l’alcoolisme d’un proche. Face à ce fléau de grande ampleur, de nombreuses associations se sont saisies de la question de l’aide et de l’accompagnement de l’entourage du malade. Parmi elles, l’association Al-Anon, issue de l’association des alcooliques anonymes.

Plus d’informations sur le site Alcool Info Service et Addict’AIDE, le village des addictions

"Je suis alcoolique"

HelloConsult, première plateforme de téléconsultation en France, vous permet de trouver rapidement un addictologue ou un psychiatre capable de vous suivre et de vous proposer un traitement. La consultation se fait en ligne, quand vous le voulez, de façon simple et sécurisée.

Trouvez un(e) addictologue Consultez un autre professionnel